Yogas Tibétains & Méditation 

Yoga du Rêve et du Sommeil  

 

avec  

 

Geshe Lhundup Gyaltsen 

 

Yoga Tibétain, 

Yogas Tibétains du Rêve et du Sommeil

Méditation, Méditation sur les éléments

Récitation de Mantra

Mudra

Sons Tibétains 

Chöd

Respiration 

Rééquilibrage des Canaux Subtils 

 

 

" Le pouvoir du souffle est reconnu depuis des milliers d'années comme partie intégrante de la santé, du bien-être et de la découverte spirituelle . "

 

Le yoga tibétain ou Trulkhor est un système de mouvements composé de plus d’une centaine de formes principales et secondaires offrant d’inconcevables bienfaits en permettant d’éviter la maladie et en procurant un bien-être physique et psychologique.

 

Tradition bien établie depuis des milliers d’années au Tibet, qu’il s’agisse de la méditation yogique, de la pratique corporelle, de la pratique du souffle ou du son, le Trulkhor ou yoga tibétain propose d’excellentes méthodes pour soigner naturellement, facilement et à moindre coût les maladies et difficultés de l’esprit et du corps. 

 

Progressivement établie de manière expérimentale, le Trulkhor a été conçu comme une suprême méthode de santé destinée aux nombreux yogis consacrant 

 

 

 leur vie à la pratique bouddhiste dans des grottes de l’Himalaya, loin de tout médicament ou médecin, pour leur permettre de surmonter leurs difficultés mentales et physiques.

 

L'ESSENCE DU YOGA TIBÉTAIN :

 

 

Le but ultime du yoga tibétain n'est pas physique. C'est une pratique mentale et spirituelle ayant pour objectif d'atteindre l éveil de la conscience : un état de connaissance innée et de réalisation du but de la vie présente. C'est ainsi que le Bouddha fit en pratiquant la méditation à Bodhgaya, sous l'arbre du Boddhi, il y a 2500 ans.

 

En Occident, le yoga indien fût diffusé par de nombreux professeurs comme étant simplement un ensemble d'exercices physiques, une gymnastique en quelque sorte, l'intégralité spirituelle des pratiques qui allaient avec, ayant été mises de côté ou oubliées...

 

L'expression du yoga tibétain en Occident en est à ses débuts, aussi nous avons la chance de voir arriver un système complet d'enseignements permettant de développer l'intégralité de ces pratiques, que sont :

  • des pratiques respiratoires (Pranayama)
  • des pratiques de yoga du corps, à travers des postures, lesquelles ont apporté leur preuve d'efficacité pour guérir, modifier et améliorer dans de nombreux sens, les conditions physiques
  • des pratiques d'entrainement de l'esprit à travers les méditations
  • la récitation de mantras qui permet de libérer les émotions

 

Parmi celles-ci, citons le PRANAYAMA, la PRATIQUE DU SON (et Récitation de Mantra) et LA MÉDITATION :

 

Le PRANAYAMA présente quatre aspects : l’inhalation, le remplissage, la pression et l’expiration. Sur cette base, non seulement on inspire l’énergie naturelle des éléments extérieurs et on expulse les souffles internes viciés, mais on nettoie aussi les cinq souffles principaux du corps. Cette action du souffle ouvrant les portes des canaux subtils du corps, cela désobstrue ces derniers.

Longtemps gardé secret, il est avant tout considéré comme un préliminaire à la méditation. Il n'en offre pas moins de réels bienfaits physiques, énergétiques et psychologiques.

 

Son fondement, la libre circulation des Lung (souffles vitaux) , est exploré à travers trois cycles principaux :

  • Tsa Lung du Ma Gyud (enseignés indépendamment par Tenzin Wangyal Rinpoche)
  • Zhang Zhung Nyen Gyud
  • Atri

 

La PRATIQUE DU SON consiste à éliminer les troubles et la mauvaise circulation des souffles dans les canaux subtils en se servant de sonorités fortes, faibles ou intermédiaires associeées à des qualités féminines, masculines ou neutres.

 

Quant à la pratique de LA MÉDITATION  il en existe de très nombreuses formes (méditation analytique, méditation de placement, calme mental, vision supérieure, etc.) mais elles trouvent toutes leur fondement dans la concentration focalisée de l’esprit ou pacification du mental. En apprenant à garder une attention continue, le corps et l’esprit se détendent et les difficultés telles que l’émergence de facteurs mentaux perturbateurs ou le stress se libèrent. Ces techniques sont très efficaces pour régler les problèmes de pression artérielle ou de déprime.

 

Ainsi, l’expérience passée et la science ont clairement démontré que ces pratiques corporelles sont d'une inconcevable efficience pour écarter les maladies liées au souffle, à la bile, au phlegme ou à la combinaison des trois, et contribuer au bien-être physique et psychologique.

 

Les yogas tibétains ont donc la particularité, par leur approche complète et préservée depuis leur origine, intégrant des pratiques à la fois sur le corps physique, sur le corps subtil, sur le souffle, et sur l'esprit, de fondamentalement modifier chacun, afin d'atteindre la santé physique, le bonheur intérieur, et la paix de l'esprit.

 

L’HISTOIRE  : 

  

Que ce soit dans de nombreux monastères, ou bien même avec des yogis, ces yogas tibétains ne sont pas enseignés très ouvertement .

Alors que traditionnellement ces pratiques furent enseignées et pratiquées seulement après que l'étudiant ait suivi de nombreuses années de formation de méditation, certains maîtres tibétains enseignent maintenant plus ouvertement, comme beaucoup d' autres pratiques méditatives, mais avec la supervision appropriée. D' autres enseignants maintiennent le secret des pratiques de Trul khor supérieurs. 

 

Tarthang Tulku Rinpoche (issu de l'école Nigmapa ) commençât à enseigner le yoga Kum Nyé aux Occidentaux en 1969, sur la côte Ouest des Etats-Unis. Son premier livre sur le Yoga Kum Nyé fût publié en 1971.

 

Chogyal Namkahai Norbu (issu de l'école Bön Zhang Zhung ) commençât quant à lui à enseigner le Yantra Yoga en 1971, en Italie. Son premier libre sur le Yantra Yoga fût publié quelques années plus tard.

 

Tenzin Wangal Rinpoche, beaucoup plus jeune, commençât à enseigner aux Occidentaux dès lors qu'il s'installât aux Etats-Unis en 1991.

 

D'autres enseignants de yogas tibétains : tels que Khenpo Tsultrim Gyamtso, issu de la tradition Kagyu, enseigne les pratiques publiques et avancées. Il débutât ses enseignements auprès des Occidentaux en 1977 à Paris et Lama Norlha du monastère Kagyu Thubten Choling, où le trulkhor est enseigné uniquement dans le cadre de la retraite de trois ans.

 

LE TRUL-KHOR

Deux grands courants du trul-khor sont aujourd'hui diffusés en Occident :

L'une est celle de Chogyal Namkhai Norbu dont la tradition du Trul Khor est connue sous l'appellation anglaise de "Yantra Yoga".

L'autre est celle de Tenzin Wangyal Rinpoche dont la tradition du Trul Khor est connue sous l'appellation "Trul-Khor".

Les mouvements du Trul Khor trouvent leur origine dans la très ancienne tradition Bön. 

 

LES ORIGINES

Ces mouvements prennent leur source dans la tradition Bon, en descendance directe depuis le royaume de Zhang Zhung. Cet ancien royaume occupait l'actuel Tibet occidental et fut absorbé par l'empire tibétain au 7ème siècle.

 

C'est là que naquit le Bön, il y a 18 000 ans, avec la venue sur Terre de Tonpa Shenrab, lequel aurait reçu l'enseignement parfait du dzogchen directement du bouddha primordial Kuntu Zangpo.

 

Selon la tradition bonpo, l’enseignement du dzogchen se transmit tout d’abord au Zhang Zhung, comme l'indique le nom de son texte principal, la Tradition orale du Zhang Zhung (« Zhang-zhung Nyan-gyud » : Textes sacrés anciens ). 

 

 

Les prêtres du Zhang Zhung auraient porté, comme les rois, des coiffes à cornes, des turbans de soie blanche, et des manteaux de peaux de fauves. Dans certains textes, le souverain est nommé « merveilleuse présence lumineuse » ; il était peut-être considéré comme une incarnation divine.

 

Il existe actuellement un dialecte zhang-zhung, langue de la famille himalayenne du tibéto-birman, parlé par quelque 2000 locuteurs vivant dans la vallée de Sutlej.

Néanmoins, il n’est pas prouvé qu’il soit l’héritier de l’ancienne langue principale du royaume de Zhang Zhung.

 

LE PRINCIPE

Il est expliqué dans les traditions tibétaines que lorsque les canaux du corps d'énergie subtile sont clairs et que les vents (souffle vital) circulent à travers eux sans entraves, l'état naturel de l'esprit - la nature de l'esprit - calme, silencieux, libre de toute pensée, est révélé .

Cet état d'esprit naturel ne peut pas être créé ou détruit. Il est universel, non né, sans tâche. Les mouvements du Trul-Khor servent à clarifier les dissonances énergétiques qui obscurcissent cette conscience  claire et ouverte .

 

En harmonisant le souffle vital et en guidant son écoulement à travers les dimensions physiques et énergétiques, le Yoga Trul khor peut effacer des blocages de longue date dans le corps, l'énergie, et l'esprit du praticien . Cette pratique soutient l’élévation spontanée de la conscience pendant la méditation mais aussi dans la vie quotidienne.

La pratique du Trul-Khor soutient l'attention méditative tout en aidant à réduire la somnolence, l'agitation et en améliorant la santé physique.

 

LA PRATIQUE

Les mouvements par eux-mêmes sont composés d'un set de 7 cycles pour un total de 38 mouvements. La pratique consiste principalement en des mouvements de Tsa Lung.

 

LE TRUL KHOR EN OCCIDENT

Guéshé Lhundup enseigne les pratiques énergétiques tibétaines dont une grande partie provient de l'ancien Tantra Mère, et le Trul-khor provenant de la transmission orale de Zhang Zhung (« Oral Transmission of Zhang Zhung : Zhang-zhung Nyan-gyud » Textes sacrés anciens).

 

Guéshé Lhundup fonde en 2017 l'association SAGESSE DU TIBET basé à Versailles en France. Son objectif, est de "présenter à l'Occident les traditions de la sagesse Tibétaine dont le principe est l'intégration harmonieuse des énergies internes et externes." 

Une partie de ces traditions de sagesse est la pratique du yoga tibétain appelé Trul-Khor.

 

Jusqu'à la fin du 20e siècle , ces anciens enseignements ont été gardés secrets et ont été délivré à très peu d' étudiants de toutes générations . Pour ces raisons, assister à des enseignements peut être considéré comme une occasion précieuse.

  

 

TRULKHOR : LE MOUVEMENT MAGIQUE du TIBET

Trul Khor, ou « Roue Magique » ou «mouvement magique» est une pratique tibétaine distinctive du yoga . Contrairement aux principes indiens de yoga, où le praticien a pour but de maintenir une posture physique avec le souffle qui coule naturellement, dans le yoga trul khor le praticien retient toujours son souffle pendant que le corps est en mouvement . De cette façon, il guide son souffle, qui à son tour guide l'esprit. 

 

Les traditions religieuses tibétaines ont employé le trul khor dans le cadre de leur formation spirituelle depuis au moins le dixième siècle. Bien que le trul khor se trouve dans les cinq traditions spirituelles du Tibet, il est le plus répandu dans les écoles Kagyu, Nyingma, et Bon. 

 

Il se peut que le trul khor eut été pratiqué depuis plus longtemps mais il fut préservé seulement dans une transmission orale . Les textes écrits nous rapportent que le trul khor fut pratiqué depuis le onzième siècle et au treizième siècle on trouve les célèbres yogis tels que Marpa, Naropa et Drugyalwa Yungdrung.

 

 

Le Trul khor est une pratique quotidienne merveilleuse, surtout pour contrôler et gérer le stress de la vie moderne dans la société. Il a le pouvoir d'équilibrer les énergies du corps , de l' esprit, et il aide aussi énormément à soutenir ses pratiques de méditation. 

 

Le Tantra Mère Bon , entre autres textes tantriques, explique que l'esprit monte sur les courants du souffle vital (ou énergie) , comme un cavalier sur un cheval, et les deux voyagent ensemble à travers les voies des canaux. Comme le souffle qui circule dans les canaux devient plus équilibré, les canaux deviennent de plus en plus souples, permettant aux courants du souffle vital de trouver leur propre rythme de manière fluide. 

 

En outre, avec l'aide de mouvements qui guident l'esprit et les courants du souffle vital dans les différents domaines, la pratique apporte la possibilité de guérir le système corps-énergie-esprit, qui est le modèle de bonne santé en médecine tibétaine. 

 

Jusqu'à récemment, les Occidentaux se sont concentrés sur la réception des enseignements tibétains qui développent l'esprit, mais au cours des cinq dernières années , il y eut un intérêt croissant pour les yogas physiques tibétains.  

 

YOGA TIBÉTAIN du RÊVE & du SOMMEIL

Stages et Ateliers avec Gueshe Lhundup Gyaltsen 

 

 Prendre contact avec nous pour toutes demandes d'organisation

de stages en France et Europe

 


Sources des Textes :

 

" L'art tibétain des rêves Voyage au-delà du temps et de l'espace "  Dr Nida Chenagtsang 

 

" Le yoga du rêve " de Namkhaï Norbu, Michael Katz, et Gisèle Gaudebert, éd. Accarias, 2006.

 

" Yoga Tibétain du Rêve et du Sommeil "  Tenzin Wangyal Rinpoche

 

" L'homme passe beaucoup de temps à dormir. En moyenne, nous passons 25 ans de notre vie à explorer le pays des rêves, tout en reposant notre esprit et notre corps. Cependant, c'est une quantité de temps énorme, et elle peut être bien mieux utilisée.

 

Quoique nous fassions, que nos activités soient vertueuses ou non, que nous soyons saints ou meurtriers, moines ou libertins, chaque jour finit de même. Nous fermons les yeux et nous nous dissolvons dans l’obscurité. Nous le faisons sans crainte même si tout ce que nous connaissons comme « moi » disparaît. Au bout d’une brève période apparaissent des images, et, avec elles, réapparaît notre sens de l’identité. Nous existons de nouveau dans le monde, dans le monde apparemment illimité du rêve.

On a retrouvé des méthodes de travail sur les rêves et sur la conscience au sein des rêves, vieilles de plusieurs millénaires dans des cultures traditionnelles du monde entier… Telles que dans le bouddhisme, l’hindouisme, le dzögchen, le taoïsme, ou chez les soufis. " 

 

" L'art du yoga du rêve est une façon d'utiliser ces moments de repos pour l’élévation de soi. C'est une ancienne pratique du bouddhisme tibétain Bön, dans laquelle les moines provoquent des rêves lucides pour méditer et entrer en communication avec leurs ancêtres.

 

Le Tantrisme tibétain reconnait une 

certaine utilité au rêve en tant qu’outil d’accès à l’Eveil, et les anciens égyptiens, utilisaient une « clef des songes » (sorte de document contenant de multiples correspondances symboliques) afin de décoder leurs rêves... Le chamanisme quant à lui, a de tout temps fait appel au rêve comme moyen d’initiation… 


Introduction au contexte historique :

La culture tibétaine explique les rêves de diverses manières; on peut les analyser soit d'un point de vue spirituel, soit d'un point de vue médical, soit enfin d'un point de vue ordinaire.

Dans tous les cas, le rêve est considéré comme une source d'information très utile quelque soit le point de vue adopté. La médecine tibétaine traditionnelle, vieille de 4 000 ans, partage ses racines avec celles de la tradition indigène tibétaine Bön (Bonpo).

 

C'est donc une des plus anciennes traditions médicales au monde.

Les premières explications écrites concernant les rêves proviennent du Ye Monpei Milam (ཡེ་རེ་སྨོན་པའི་རི་ལམ་), un texte tibétain appartenant à la tradition Bön. De plus, le premier texte médical tibétain, le Bum Shi (འབུམ་བཞི་) appartient également à la tradition des Bonpos. Dans ce texte, il est également question des rêves, leur interprétation symbolique et les différentes catégories de rêves.

 

 

Elle fait partie d’un ensemble d’enseignements théoriques et pratiques des 6 yogas de Naropa. Les Six Yogas de Nāropa (Tibétain na-ro'i-chos-drug)1, littéralement les six Dharma, pratiques ou enseignements, sont un ensemble de pratiques méditatives tantriques du Bouddhisme Vajrayāna tibétain. Transmises oralement et rassemblées par le Mahāsiddha indien Nāropa (1016-1100), elles parvinrent au Tibet par Marpa Lotsawa, le traducteur, puis furent transmises à Milarépa dont les disciples fondèrent les lignées Kagyüpa. Ces enseignements furent gardés secrets pendant treize générations de disciples, de Marpa jusqu'à Je Tsong Khapa, qui écrivit librement sur le sujet, et en introduisit les pratiques dans les lignées Gelugpa.

 

C'est au VIIe siècle que le Bouddhisme a commencé à se diffuser au Tibet grâce au grand maître tantrique indien Padmasambhava, appelé par les tibétains « Gourou Rinpoché ». Padmasambhava a également importé les théories bouddhistes sur l'analyse des rêves et à partir de là, les praticiens tibétains ont recommencé à produire des textes sur les rêves et leur analyse. ...

 

Les moines pensent que la plupart des gens passent leur temps endormis dans un « sommeil de l'ignorance », un état de sommeil non-conscient. En entrant dans un état lucide, on peut alors progresser et développer sa personne. De plus, la pratique du yoga du rêve semble aussi nous permettre de comprendre que la vie est similaire à un rêve et qu'elle est formée par nos perceptions. En apprenant à percer les illusions de nos rêves, nous pouvons donner forme et développer notre compréhension du monde éveillé et voir celui-ci sous un autre jour.

 

La pratique ancienne du yoga du rêve est encore vivante chez les moines de nos jours et elle est constituée de six étapes.* 

 

L'origine des rêves

 

Le rêve qu'est ce que c'est ?

 

En tibétain, le rêve se dit " milam ". Mi signifie manifestation, Lam signifie le chemin, la voie. La traduction littérale est donc : la voie (ou le chemin) de la manifestation. Pendant la journée, nous avons des milliers de pensées. Nous pouvons comprendre ces pensées comme des vagues ou des manifestations. Pendant que l'on dort, notre conscience réalise une transition à travers notre sommeil et les vagues se manifestent sous forme de rêves.

 

Lorsqu'on observe les rêves de plusieurs points de vue différents, on découvrira leurs multiples facettes. Selon une explication naturelle, les rêves sont un reflet de nos pensées. Mais si nous allons au-delà du niveau physique, nous nous rendons compte que les rêves sont beaucoup plus que cela. Ils sont comme le trésor de notre esprit, de notre moi profond . Par le vecteur de nos fantasmes, ils nous entraînent dans un monde magique où les esprits de la nuit communiquent avec nous.


Fonction du rêve

 

Tout le monde rêve.

Certaines personnes pensent qu'elles ne rêvent pas. Mais en fait, tout le monde rêve. Même si les rêves ne sont pas clairs ou sont oubliés facilement. Grâce à certaines méthodes, les rêves peuvent devenir plus clairs et on peut s'en rappeler plus facilement.

 

Chez certains pratiquants très bien entraînés, l'énergie passe juste du chakra du cœur au canal central et y reste. Habituellement, l'énergie ne reste pas dans le canal central, au contraire, elle se dirige rapidement vers les canaux droit et gauche, commençant ainsi notre expérience de rêve.

 

Rêver est important pour tout le monde pour différentes raisons, bien que beaucoup de gens n'y attachent que peu d'importance. Cette attitude révèle que nous ne comprenons pas véritablement comment les rêves reflètent notre état de santé physique et mentale, ni à quel point rêver est important pour notre bien-être.

Grâce à nos rêves, nous pouvons comprendre beaucoup de choses concernant les maladies.

 

Dans la culture occidentale, les rêves sont parfois utilisés par la psychologie dans la croyance que les rêves sont reliés à notre esprit et peuvent donc nous montrer nos problèmes mentaux. Les célèbres psychologues Freud et Jung ont écrit plusieurs livres concernant l'analyse des rêves en relation avec la compréhension des maladies mentales. Après leurs recherches, beaucoup de médecins et psychologues ont développé leurs écoles sur l'analyse des rêves et la thérapie par les rêves.

 

 Pratique du rêve

La pratique du rêve est une méthode ancienne de manipulation des rêves. Elle vient des traditions chamaniques. Les capacités telles que : le rêve lucide, le rêve prophétique, la voyance, la divination peuvent être développées et améliorées.

Grâce à la pratique de la visualisation, l'esprit s'entraîne à la méditation en général. Cette pratique peut être utilisée pour préparer l'esprit au Yoga des rêves proprement dit.

 

Yoga des rêves

 

Le premier ouvrage médical mentionnant le yoga des rêves est le Yuthok Nyingthig.

Le Yoga des rêves est aussi appelé la "méditation du sommeil", c'est l'une des plus importantes écoles de l'étude de l'esprit dans la tradition tibétaine Vajrayana. Dans le yoga des rêves, les exercices de l'esprit sont utilisés pour développer les capacités du cerveau au moyen du rLung subtil, ou énergie des éléments subtils. Grâce à cela, on obtient une compréhension totale de notre propre nature, afin de créer une conscience complète de la nature de l'esprit. L'entraînement individuel inclut l'entraînement aux rêves lucides et l'entraînement à la méditation.

 

 

Le rêve symbolique se réfère au rêve logique, c’est à dire que le rêve possède sa propre logique qui est considérée de la même façon que la logique de la vie. En fait, la vie elle même est considérée comme un rêve illusoire - le vrai rêve quotidien. Ainsi, le rêve final fait référence à la mort irréelle/irréaliste.

 

 * LES SIX ÉTAPES DU YOGA DU RÊVE TIBÉTAIN

 

 

 

Dans la première étape, le moine apprend comment devenir lucide.

 

Une fois qu'il est lucide, il commence la seconde étape.

Dans cette étape, il doit dépasser toutes les peurs dans le rêve : il doit réaliser que rien dans les rêves ne peut lui faire de mal et qu'il contrôle tout. Par exemple, il peut éteindre un feu à mains nues, ou quelque chose de similaire, pour se prouver qu'il n'y a pas de danger.

 

La troisième étape du rêve implique de méditer sur la notion que la vie éveillée et le rêve sont similaires, car les deux changent et se développent : la vie est illusoire, y compris pendant l'éveil car rien n'est immuable. Les objets dans le rêve et le monde éveillé n'ont donc pas de substance.

 

Ensuite, le moine commence à manipuler le rêve autour de lui, en changeant l'état des objets pour qu'ils défient les règles normales de la vie : transformer de grands objets en objets plus petits, ou rendre de lourds objets légers comme une plume.

 

La cinquième étape amène le moine un peu plus loin : il réalise que son corps est aussi vide de substance que tous les objets qui l'entourent. Ceci lui permet de réaliser qu'il n'est pas le « corps du rêveur » dans son rêve, mais plutôt le rêve lui-même. Le corps du rêveur peut être manipulé de la même manière que les autres objets, voire même être effacé.

 

Enfin, une fois qu'un moine a atteint la compréhension totale, il se concentre sur l'image des divinités, en méditant sur celles-ci avec un esprit très concentré. Les images des divinités sont perçues comme étant une porte vers l'illumination, reliant le moine vers la lumière du vide et lui permettant de continuer sa croissance spirituelle.

C'est une pratique que tout le monde peut utiliser dans sa vie pour grandir.

 

En Occident, le manque de temps engendré par le style de vie occidentale est souvent utilisé comme excuse pour éliminer le soi et le développement spirituel. Le travail et les occupations quotidiennes occupent l'esprit de beaucoup de personnes et peu se concentrent sur la présence du soi. Cependant, tout le monde doit dormir, et c'est un moment opportun pour explorer la spiritualité intérieure.

 

La médecine tibétaine et l'étude de l'analyse des rêves sont des savoirs qui se transmettent aujourd'hui suivant une longue lignée ininterrompue de maîtres vénérés.

 


La méthode de yoga du rêve

 

Dés lors que la lucidité est stable, toute pratique peut-être accomplie en rêve et, pour certaines, avec plus d’efficacité et davantage de résultats que lorsqu’elles sont faites dans la journée.

 

4 étapes sont nécessaires pour comprendre l’état de rêve :

 

·      La compréhension de la nature de l’état de rêve

 

·      La transmutation du contenu du rêve : fouler aux pieds ce qui est rêvé puis visualiser un point rouge dans le chakra de la gorge qui permet de voir les royaumes de bouddhas

 

·      La réalisation de l’état de rêve et du contenu de rêve illusoire : d’abord il faut abandonner toute sensation de peur dans le rêve (transformer tout ce qui effraie) et ensuite il sera possible de visualiser son corps tel qu’il est vu à l’état de rêve pour réaliser qu’il est illusoire comme tous les autres corps.

 

·      La méditation sur cela qui est l’état de rêve : en concentrant son esprit de non-pensée serein sur les formes et les déités du rêve, elles s’assimilent à l’état d’esprit et alors luit la « Claire lumière », la nature fondamentale de l’esprit dont l’essence est le vide (il s’agit de la lumière perçue au moment de la mort).

  

Messages transmis dans les rêves

 

Les rêves sont importants dans notre vie quotidienne parce qu'ils donnent des avertissements. Certains rêves sont liés au futur, pas seulement pour nous mêmes, mais aussi pour nos amis, famille, collègues de travail. Si nous comprenons la signification de nos rêves, nous pouvons améliorer notre vie quotidienne. Une des fonctions de nos rêves est d'augmenter notre sagesse et nos capacités mentales. Cela peut se manifester par des rêves prophétiques et par des enseignements que nous recevons pendant notre sommeil.

 

Quand nous sommes réveillés, nous avons beaucoup de pensées qui nous empêchent d’être dans l’instant présent. Mais en dormant, ces fonctions sont éteintes, notre esprit est « gardé à l’intérieur » (n’est pas dispersé), et nous pouvons utiliser la puissance de l’esprit. Si l ‘énergie circule bien et que la conscience est en bon état, la puissance de l’esprit se renforce. Cet état est très différent de l’expérience quotidienne de notre esprit qui se disperse à travers les six organes sensoriels.

 

Pendant le sommeil, les portes des sens sont fermées, tout se passe à l’intérieur et nous avons ainsi la possibilité de comprendre beaucoup de choses. Même si une personne ne pratique pas, elle peut avoir des rêves clairs et prophétiques, parce que c’est la fonction naturelle de notre conscience.

Si les gens pratiquent quotidiennement pour concentrer ces parties de leur esprit, ils affineront ce pouvoir de voir l’avenir à travers leurs rêves.

 

En fait, la véritable puissance de l’esprit est au-delà des trois temps – passé, présent et futur.


Rêves Lucides

 

Le yoga du rêve augmente la capacité que nous avons tous de rêver lucidement. Dans ce contexte, le rêve lucide est celui où la personne qui le fait à la conscience de rêver pendant qu’elle rêve. Beaucoup de personnes, peut-être la plupart des gens, ont fait au moins une fois l’expérience du rêve lucide . Elle a pu se produire lors d’un cauchemar dans lequel, s’étant rendu compte que l’on rêvait, on s’est réveillé pour en sortir. Ou bien ce ne fut qu’une expérience inhabituelle. Certains font régulièrement des rêves lucides sans en avoir du tout l’intention consciente. Lorsque les pratiques préliminaires et principales sont intégrées à la vie du pratiquant, les rêves lucides ont lieu avec une fréquence croissante. Rêver lucidement n’est pas en soi le but de la pratique ; c’est néanmoins une évolution importante sur la voie de ce yoga.


 Karma

 

Nous devons observer un principe fondamental de la démarche spirituelle qui s’applique même dans la liberté du rêve, où les possibilités sont infinies.

 

Quel que soit le changement que nous apportons au rêve, il est important qu’il soit toujours positif. C’est l’orientation qui servira le mieux notre voyage spirituel. Ce que nous faisons en rêve agit intérieurement sur nous, exactement comme ce que nous faisons à l’état de veille.

 

La liberté du rêve est immense mais nous ne sommes pas libéré de la loi de causalité tant que nous ne sommes pas libérés de la dualité. Nous avons besoin de patience et d’une forte résolution pour acquérir la flexibilité nécessaire pour nous affranchir définitivement des oukases du karma négatif.

  

Traitez vos rêves avec respect et incorporez toutes les expériences du rêve, comme celle de votre vie diurne, au chemin. En utilisant le rêve pour vous libérer des limitations, pour surmonter les obstacles du chemin, et pour finalement reconnaître votre vraie nature et la vraie nature des phénomènes, vous utilisez sagement le rêve. Nous avons besoin d’une compréhension profonde de la nature du rêve, de la nature de l’expérience, pour utiliser vraiment le rêve comme approche de l’éveil.

 

Lorsque nous pratiquons sérieusement apparaissent de nombreux rêves merveilleux, riches de signes de progrès. Mais ultimement la signification du rêve n’est pas importante. Cela peut sembler étrange, mais l’idée du sens doit être abandonnée pour que l’esprit trouve la libération complète. L’objectif essentiel de la pratique du rêve est d’y parvenir.

 

L’état de rêve n’est pas différent de l’état de veille. Les empreintes karmiques provoquent les rêves, et nos réactions dans la vie créent d’autres empreintes. Cette dynamique opère aussi pendant que nous rêvons. Nous devons vouloir maîtriser nos rêves plutôt que d’être dominés par eux, de même qu’à l’état de veille il vaut mieux répondre aux situations en pleine conscience qu’être dominé par les pensées et les émotions.

 

Dans le rêve lucide, nous nous exerçons à transformer tout ce qui survient. Il n’existe pas de frontières qui ne peuvent être franchie en rêve ; nous pouvons faire tout ce qui nous vient à l’esprit. Transgresser les limites habituelles de notre expérience assouplit de plus en plus l’esprit. Nous développons d’abord la lucidité, puis la flexibilité, que nous appliquons ensuite à notre vie. Nos identités habituelles nous inhibent moins lorsque nous savons les transformer et les abandonner.

  

Nos perceptions habituelles nous contraignent moins lorsque nous savons qu’elles sont relatives et malléables. De même que les images oniriques peuvent être transformées au cours du rêve, les émotions et les limitations conceptuelles peuvent être transformées à l’état de veille. Connaissant la nature onirique et malléable de l’expérience, nous pouvons changer la dépression en bonheur, la peur en courage, la colère en amour, le désespoir en foi, la distraction en présence .

 

Ce qui est malsain, nous pouvons le changer en sain. Ce qui est sombre, nous pouvons le changer en lumière. Ce qui est restreint et solide, nous pouvons le changer en ouvert et spacieux. Défiez les limites qui vous contraignent.

L’objectif de ces pratiques est d’intégrer la lucidité et la flexibilité à chaque instant de la vie et d’abandonner notre façon fortement conditionnée d’ordonner la réalité, de produire du sens, d’être pris par l’illusion.

 

 

 

 

LES ENSEIGNEMENTS

 

Nous prenons part chaque nuit à ces profonds mystères, allant d’une dimension d’expérience à une autre, perdant notre identité et la retrouvant, considérant même que cela va de soi . Nous nous réveillons au matin et reprenons la vie « réelle », mais d’une certaine façon nous dormons encore et continuons de rêver. Les enseignements nous disent que nous pouvons rester jour et nuit dans cet état illusoire du rêve, ou nous éveiller à la vérité.

 

Lorsque nous nous engageons dans les yogas du sommeil et du rêve, nous devenons membre d’une longue lignée.

Depuis des siècles, des hommes et des femmes ont accompli ces mêmes pratiques, ont été confrontées aux mêmes doutes et aux mêmes obstacles que nous, en ont tiré les mêmes bienfaits que nous. Beaucoup de grands lamas et de grands yogis accomplis ont fait du yoga du sommeil et du rêve, leur pratique principale et ont, grâce à elles, atteint la réalisation.

 

Réfléchir à ce passé et se remémorer les êtres qui ont dédié leur vie à ces enseignements -par lesquels nos ancêtres spirituels nous transmettent les fruits de leur pratique- engendre envers la tradition, confiance et gratitude.

Certains maîtres tibétains pourraient trouver étrange que ces yogas soient enseignés à des Occidentaux qui n’ont pas effectué certaines pratiques préliminaires ou n’ont pas certaines connaissances.

 

Les enseignements étaient traditionnellement tenus secrets, en signe de respect et pour éviter qu’ils perdent leur force en étant mal compris par des pratiquants non-préparés. Ils n’étaient jamais exposés publiquement ni donnés à la légère, mais étaient réservés à des personnes qui s’étaient préparés à les recevoir.

 

Les pratiques ne sont pas moins efficaces et valables qu’elles le furent jadis, mais les conditions du monde ont changé. En enseignant ouvertement et simplement ce qui est efficace, l’espoir est que la tradition sera mieux préservée et que davantage de personnes pourront en bénéficier. Mais il est important de respecter les enseignements, pour les protéger et pour favoriser notre propre pratique.

 

Essayez de recevoir la transmission directe de ces enseignements de la part d’un maître authentique. Il est bon d’avoir une connaissance livresque de ces yogas, mais il est meilleur d’en recevoir la transmission orale. Elle crée une connexion plus forte avec la lignée. De plus, un maître expérimenté peut identifier et aider à écarter les obstacles que l’on rencontre facilement sur le chemin et qu’il est difficile de surmonter par soi-même. Il s’agit là d’un point important à ne pas oublier.

 

Observez votre manière de dormir, vous découvrirez si vous êtes vraiment éveillé ou non.

 

 

Les enseignements proposent beaucoup de choses à faire en rêve après que l’on ai acquis la lucidité. La première étape pour développer la flexibilité en rêve et à l’état de veille est de se rendre compte qu’on peut le faire. Penser aux possibilités développées dans les enseignements permet à l’esprit de les intégrer à son potentiel.

 

Nous devenons capables de choses auxquelles nous n’avions même jamais pensé auparavant. Nos pensées et nos expériences influencent d’autres pensées et d’autres expériences. La pratique du rêve s’appuie sur ce fait. Les enseignements nous proposent des idées nouvelles, des possibilités nouvelles, ainsi que les outils pour réaliser ces possibilités ; il nous revient ensuite de les concrétiser dans les rêves et à l’état de veille.

 

Exemple : Les enseignements évoquent par exemple, la multiplication des objets dans le rêve. Supposions que nous rêvions par exemple de trois fleurs. Comme nous sommes conscients de rêver et savons que les rêves sont malléables, nous pouvons à volonté créer cent fleurs, mille fleurs, une pluie de fleurs.

 

Mais nous devons d’abord en connaître la possibilité. Si nous ignorons que ce genre de multiplication est possible, alors la possibilité n’existe pas pour nous. La recherche occidentale sur les rêves a découvert que l’on pouvait améliorer ses aptitudes en les exerçants dans les rêves nocturnes et les rêveries.

 

 

Il y a des siècles, cette connaissance, était incorporée aux enseignements. Grâce aux rêves, nous pouvons diminuer le négatif et accroître le positif, changeant ainsi nos relations au monde. Cela ne s’applique pas seulement au savoir-faire qui nous aident dans la vie quotidienne, mais est valable aussi aux niveaux les plus profonds de la vie spirituelle. Aspirez toujours à l’objectif le plus élevé, le plus vaste, car cela inclura automatiquement le plus petit.

 

Bien qu’il soit bon de travailler sur des problèmes relatifs, après l’éveil il n’existe plus de problème du tout.

 

La pratique nous permet de développer une conscience plus grande chaque instant de notre vie. Si nous y parvenons, la liberté et la flexibilité ne cessent d’augmenter et nous sommes moins sous l’emprise de nos préoccupations et de nos distractions habituelles. Nous acquérons une présence stable et vivante qui nous permet de choisir plus habilement des réponses positives à tout ce qui nous arrive, réponses qui sont plus bénéfiques pour autrui et pour notre propre démarche spirituelle.

 

Finalement nous accédons à une continuité de présence qui nous permet de rester pleinement conscients dans le rêve, comme dans l’état de veille. Nous sommes alors capables de répondre aux évènements du rêve de façon créative et positive, et pouvons accomplir diverses pratiques dans l’état de rêve.

 

En développant pleinement cette capacité, nous découvrirons que nous vivons pleinement le sommeil et la veille avec plus d’aise, de confort, de clarté, et de considération, et nous nous préparons aussi à atteindre la libération dans l’état intermédiaire (Bardo) après la mort.

 

Beaucoup d’Occidentaux qui s’intéressent aux enseignements ont, sur le rêve, des idées nourries de théories psychologiques ; en conséquence, lorsque l’utilisation dans leur vie spirituelle commence à les intéresser, ils se concentrent en général sur leur contenu et leur signification. La nature même de l’acte de rêver est rarement étudiée.

Lorsqu’elle l’est, la recherche débouche sur les processus mystérieux qui sous-tendent la totalité de notre existence, et pas seulement la partie pendant laquelle nous rêvons.

 

Nous devons être attentifs à ne pas stocker les enseignements comme de simples connaissances intellectuelles, de peur qu’elles obstruent l’accès à la sagesse. Les enseignements ne sont pas des idées à collectionner, mais un chemin à parcourir.

Les enseignements nous fournissent de nombreuses méthodes pour améliorer la qualité de vie ordinaire. C’est une bonne chose, car cette vie est importante et digne d’intérêt.

 

Mais la finalité ultime de ces yogas est toujours de nous conduire à la libération : Se servir des rêves, comme dans les yogas des traditions Bön-bouddhistes du Tibet,  pour nous libérer de l’état ensommeillé de la vie quotidienne, et du sommeil pour nous éveiller de l’ignorance. "

 

 

Sources :

 

" L'art tibétain des rêves Voyage au-delà du temps et de l'espace "  Dr Nida Chenagtsang 

 

" Le yoga du rêve " de Namkhaï Norbu, Michael Katz, et Gisèle Gaudebert, éd. Accarias, 2006.

 

" Yoga Tibétain du Rêve et du Sommeil "  Tenzin Wangyal Rinpoche

 

 

 

Geshe Lhundup Gyaltsen

 

Né au Tibet en 1976, Lhundup Gyaltsen est un Geshe (docteur en philosophie) issu de la tradition Bön tibétaine. Il a suivi un long cursus d’enseignements bouddhistes au sein d’un monastère, dont différentes techniques de yoga tibétain qu’il a expérimentées durant de nombreuses années. Il vit en France depuis six ans où il partage désormais son savoir et son expérience. 

 

 La tradition Bön (prononcée Boeun) est un patrimoine riche et unique . Connue comme la religion indigène du Tibet c’est l’une des plus anciennes traditions spirituelles intactes du monde . 

 

  

Informations pratiques

  

Horaires , lieux des cours en France et dans d'autres pays : www.yogatibetain.fr

 

Ou + d'infos par tél 0615631500 avec Angélique 

 

INSCRIPTION 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

STAGE de YOGA TIBÉTAIN, YOGA du RÊVE et du SOMMEIL,

Enseignements et Dharma

 

Pour organiser des stages et ateliers dans toute la France et International  

Nous contacter par mail svp

+ d'infos sur le site de Géshé Lhundup www.yogatibetain.fr

 

 

POUR ALLER + LOIN :  BIBLIOGRAPHIE 

Vous pouvez trouver une très bonne explication de ces enseignements dans le livre de Tenzin Wangyal Rinpoché : Guérir avec les formes, l' énergie et la lumière . 

La Voie du Plein Eveil - Kaloung Gyatso 

de Shardza Tashi Gyaltsen 

Ouvrage fondamental de la tradition tibétaine du Youngdroung Beun, le "Kaloung Gyatso" présente les fondements de la voie qui conduit au plein Éveil, dans un style accessible à tous agrémenté de nombreux exemples extraits de la vie des grands maîtres. Son auteur, Shardza Tashi Gyaltsen fut le représentant le plus exceptionnel du Beun au début du XXème siècle : moine pleinement ordonné et animé du sublime esprit d'Éveil, il fut un auteur prolifique à l'érudition remarquable qui atteignit le plus haut sommet de la vie contemplative en réalisant le Corps d'Arc-en-ciel, ultime achèvement de l'Éveil authentique et parfait.

 

 

L'éveil du Corps Sacré -

" Dans ce livre, c'est l'art de la respiration et du mouvement tel qu'il est développé au Tibet que Tenzin Wangyal Rinpoche nous rend accessible . Les méthodes simples qu'il enseigne , nous permettent de purifier et d'ouvrir les centres d'énergie du corps ( les chakras ), afin que fleurissent les qualités naturelles que sont l'amour, la compassion, la joie, l'équanimité . Quand la tristesse s'efface, la joie se révèle ; quand la colère s'efface, l'Amour se révèle; quand la partialité s'efface, l'équanimité se révèle ; quand la malveillance s'efface, la compassion se révèle . 

Les pratiques proposées - qui unissent esprit, respiration et mouvement - nous aident à découvrir notre sagesse intérieure et exprimer le meilleur de notre potentiel . "

 

 

 

 

L'Éveil de l'esprit Lumineux

 " Nous sommes  invités à découvrir un refuge en nous-mêmes plutôt que de chercher des soutiens extérieurs, à ouvrir nos yeux sur les richesses que recèle en abondance notre vécu ordinaire. Les méditations proposées  nous présentent un chemin direct nous permettant de faire face aux défis et aux difficultés que nous rencontrons habituellement. Intégrées à notre vie quotidienne, elles nous aideront à nous ouvrir, à transformer nos limitations apparentes en capacités sans limites. Elles nous conduiront, au-delà des doutes que nous entretenons et des jugements que nous portons sur nous-mêmes, à la découverte de la sagesse et de la lumière que contient chaque instant de notre vie . "

 

Yoga Tibétain du Rêve et du Sommeil -

" Si nous ne pouvons pas rester présents pendant le sommeil, écrit Tenzin Wangyal Rinpoché, si nous nous perdons chaque nuit, quelles sont nos chances d'être conscients au moment de mourir `' Examinez votre manière de rêver, vous saurez ce qu'il adviendra de vous à la mort. Observez votre manière de dormir, vous découvrirez si vous êtes vraiment éveillé ou non."

Le présent ouvrage donne tout d'abord des instructions détaillées pour le yoga du rêve (à noter que, pour la tradition tibétaine, le rêve lucide n'est pas une fin en soi, mais bien plutôt une aide pour s'engager dans des pratiques profondes menant vers la libération). Puis, il introduit au yoga du sommeil, ou yoga de la claire lumière, pratique plus avancée dont le but est de rester conscient pendant le sommeil profond, quand l'esprit conceptuel cesse de fonctionner. Le résultat 

immédiat de ces pratiques est davantage de bonheur, dans le rêve, le sommeil et l'état de veille. Leur résultat profond est d'ouvrir plus grande la porte de la libération. "

 

Les sons tibétains qui guérissentTenzin Wangyal Rinpoche  

( 1CD audio )

7 Pratiques Guidées pour écarter les obstacles, faire s'épanouir les qualités et découvrir votre sagesse inhérente .

Guérir par les formes, l'énergie et la lumière : Les cinq éléments dans le chamanisme tibétain, le Tantra et le Dzogchèn

Tenzin Wangyal Rimpoché, l'un des rares maîtres bœuns à vivre en Occident, nous ouvre les portes d'un monde tout à fait extraordinaire, celui des cinq éléments : à la fois dans la vision chamanique bœun, où ils sont appréhendés par le biais des pouvoirs bruts de la nature et des êtres immatériels qui l'habitent, dans le cadre du Tantra, qui les considère comme cinq types d'énergie corporelle qu'équilibrent exercices de yoga et visualisations, et dans la perspective dzogchèn, qui regarde les éléments comme le rayonnement de l'être. Guérir par les formes, l'énergie et la lumière offre au lecteur, dans une optique thérapeutique, des méditations et des pratiques yogiques correspondant à chacun de ces niveaux. L'ouvrage propose de remplacer une identité anxieuse, étroite et mal à l'aise par une autre plus vaste, paisible et compétente. Le monde aussi se transforme, passant de la matière inanimée et de processus aveugles à un paysage sacré, empli d'une variété infinie de forces et d'êtres vivants.

 

 

Pour toutes questions, ou organisation de stages et d'ateliers de

YOGA TIBÉTAIN ou bien de YOGA TIBÉTAIN du RÊVE et du SOMMEIL

dans votre centre,  CONTACTEZ-NOUS !

 

Si vous pensez que cet email peut intéresser un de vos proches, partagez-le ! 

Retrouvez ici mon Interview pour BTLV  :

Interview Complète
Yoga et méditation.mp3
Fichier Audio MP3 55.4 MB