D'Amour et de Joie (2)

« L’Amour est une ouverture dans un monde sans aucune limite, dans un monde qui ne se termine nulle part. L’Amour commence, mais ne se termine jamais. Il a un commencement mais pas de fin.

Souvenez-vous d’une chose : généralement, le mental interfère et ne permet pas à l’Amour son infinitude et son espace. Si vous aimez réellement une personne, vous lui donnez un espace infini. Votre Être lui-même est juste un espace pour qu’il puisse grandir, pour grandir avec lui. Le mental interfère et essaie de posséder la personne. Alors, l’Amour est détruit. Le mental est très avide. Le mental, c’est l’avidité. Il est extrêmement poison. Ainsi, si l’on veut s’engager dans le monde de l’Amour, il faut laisser tomber le mental. On doit vivre sans aucune interférence du mental.

 

(…) Méditer n’est rien d’autre que créer une situation dans laquelle le mental a de moins en moins de choses à faire. Vous n’avez aucune peur, vous êtes si aimant, vous êtes si paisible ; vous êtes tellement content avec ce qui se passe que le mental n’a plus rien à dire. Alors, peu à peu, le mental se retire et une distance de plus en plus grande se crée. Un jour, le mental se retire complètement alors vous devenez un univers. Vous n’êtes plus confiné à votre corps, vous n’êtes plus confiné à quoi que ce soit ; vous êtes un pur espace. L’Amour est un chemin vers ce pur espace (...)

 

 L’Amour est un état de conscience naturel. Ce n’est ni facile, ni difficile. Ces mots ne s’y appliquent absolument pas. Ce n’est pas un effort, c’est pourquoi cela ne peut pas être facile et cela ne peut pas être difficile non plus. C’est comme de respirer ! C’est comme le battement de votre Cœur, c’est comme le sang qui circule dans votre corps. L’Amour est votre Être même… mais cet amour est presque devenu impossible. La société ne l’autorise pas. La société vous conditionne de telle manière que l’Amour devient impossible et que la haine devient la seule chose possible. Alors, la haine est facile et l’amour est non seulement difficile, mais encore impossible.

 

 L’homme a été dénaturé. L’homme ne peut pas être réduit à l’esclavage si l’on ne commence pas par le déformer. Depuis des siècles, les prêtres et les politiciens conspirent constamment. Ils ont réduits l’humanité à une masse d’esclaves. Ils détruisent toute possibilité de rébellion chez l’homme. Et l’amour est une rébellion, car l’amour n’écoute que le cœur et ne se soucie pas le moins du monde d’autre chose.

 

L’Amour est dangereux car il fait de vous un individu. Et l’état, l’église… ne veulent pas des individus, pas du tout. Ils ne veulent pas des êtres humains ; ils veulent des moutons. Ils veulent des gens qui ressemblent seulement à des êtres humains. Mais l’âme a été à tel point endommagée, que cela semble quasiment irréparable. Et la meilleure façon de détruire l’homme c’est de détruire la spontanéité de son amour. Si l’homme connaît l’amour, il ne peut pas y avoir de nation. Les nations ne peuvent exister qu’à cause de la haine : les Indiens haïssent les Pakistanais ; les Pakistanais haïssent les Indiens … Ce n’est qu’ainsi que ces deux pays peuvent exister.

Si l’Amour apparaît, alors les frontières disparaîtront. Si l’Amour apparaît, qui sera un chrétien, qui sera un juif ? Si l’Amour apparaît, qui ira au temple ? Pourquoi ? Parce que, quand l’amour manque, vous recherchez Dieu. Dieu n’est rien d’autre que votre substitut de votre manque d’Amour. Parce que vous ne connaissez pas la béatitude, la paix, l’extase, vous recherchez Dieu_ sinon qui s’en soucierait ? Qui s’en préoccuperait ? Si votre vie est une danse, Dieu est déjà atteint. Le Cœur est rempli par Dieu. Il n’y a aucun besoin de quérir ; il n’ y a aucun besoin de prier, il n’y a aucun besoin de se rendre au temple, auprès d’un prêtre. (…) »

 

 

 

« L’Amour donne du courage. L’Amour ôte toutes les peurs, et les oppresseurs dépendent de vos peurs. Ils créent en vous de la peur_ mille et une formes de peur. Vous êtes entouré de peur. Toute votre psychologie est empreinte de peur. Tout au fond de vous, vous tremblez. Ce n’est qu’en surface que vous maintenez une certaine façade. À l’intérieur il y a des couches et des couches de peur.

Un homme effrayé peut seulement haïr_ la haine est une conséquence naturelle de la peur. Un homme effrayé est également envahi par la colère : il est davantage contre la vie que pour la vie. La mort semble être un état de repos pour l’homme effrayé. Cet homme est suicidaire ; il nie la vie. Pour lui la vie semble dangereuse, parce que vivre signifie qu’il faut aimer. Comment pouvez-vous vivre ? Tout comme le corps a besoin de respirer pour vivre, l’âme a besoin d’amour pour vivre. Et l’Amour est totalement empoisonné. En empoisonnant ou en polluant votre énergie d’Amour, ils ont crées une division en vous ; ils ont crée un ennemi en vous ; ils vous ont coupé en deux. Ils ont provoqué une guerre civile : vous êtes toujours en conflit. Et dans le conflit, votre énergie se dissipe. C’est pour cela que votre vie n’a pas de zeste, de gaieté ; elle ne déborde pas d’énergie ; elle est terne, insipide, sans intelligence.

 

L’Amour aiguise l’intelligence, la peur l’émousse. Qui souhaite que vous soyez intelligent ? Pas ceux qui sont au pouvoir. Comment pourraient-ils le souhaiter ? Car si vous êtes intelligents vous percevrez toute leur stratégie, leurs jeux. Ils veulent que vous soyez stupide, médiocre. En ce qui concerne votre travail, ils veulent certainement que vous soyez efficace, mais pas intelligent. C’est pourquoi l’humanité vit à son potentiel minimum, au plus bas. Les chercheurs scientifiques disent que, de toute sa vie, l’homme ordinaire n’utilise que 5% de son potentiel d’intelligence. Seulement 5% !! Que dire de l’homme extraordinaire ? Que dire d’un Albert Einstein, d’un Mozart, d’un Beethoven ? Les chercheurs disent que même ceux qui ont beaucoup de talent n’en utilisent pas plus de 10% Et ceux qu’on qualifie de génie n’en utilisent que 15% !!

 

Pensez à un monde où chacun utiliserait les 100% de son potentiel … alors les Dieux seraient jaloux de la Terre. Ils auraient envie de naître sur Terre. Et la Terre serait un Paradis, un super Paradis. En cet instant c’est un enfer. Si on laisse un homme seul, sans l’empoisonner, alors l’Amour sera simple, très simple. Il n’y aura aucun problème. Il sera comme de l’eau qui coule, comme de la vapeur qui s’élève, des arbres qui fleurissent ou des oiseaux qui chantent. Il sera si naturel et spontané !!

 

 Mais on ne laisse pas l’homme tranquille. Quand l’enfant naît, les oppresseurs s’apprêtent déjà à lui sauter dessus, à écraser son énergie, à le déformer à tel point, à le déformer si profondément qu’il ne deviendra jamais conscient que sa vie est fausse, que c’est une pseudo-vie, qu’il ne vit pas ce qu’il était censé vivre, ce pour quoi il est né ; qu’il vit quelque chose d’artificiel, de plastique, que ce n’est pas vraie âme. C’est pourquoi des millions de gens sont dans une telle misère : parce qu’ils ressentent quelque part qu’on les a dénaturés, qu’ils ne sont pas vraiment eux-mêmes, que, fondamentalement, quelque chose est allé de travers…

 

L’Amour est simple si l’on permet à l’enfant de grandir, si on l’aide à grandir de façon naturelle. Si on aide l’enfant à être en harmonie avec la nature et en harmonie avec lui-même, s’il est soutenu de toutes les manières possibles, nourri, encouragé à être lui-même, à être naturel, à être une lumière pour lui-même. Alors l’amour est simple. On est simplement aimant !

 

 

 

La haine sera quasiment impossible, parce qu’avant de pouvoir haïr quelqu’un d’autre, vous devrez d’abord créer ce poison en vous. Vous ne pouvez donner quelque chose à quelqu’un que si vous l’avez. Vous ne pouvez haïr que si vous êtes pleins de haine. Et être haineux, c’est souffrir l’enfer. Être haineux, c’est être en feu. Être haineux signifie que vous vous blessez d’abord vous-même. Avant de pouvoir blesser quelqu’un d’autre, vous devez vous blesser vous-même. L’autre ne sera peut-être pas blessé, cela dépendra de lui. Mais une chose est absolument certaine : c’est qu’avant de pouvoir haïr, vous devez traverser de longues souffrances, des misères. L’autre n’acceptera peut-être pas votre haine : peut-être qu’il la rejettera. L’autre sera peut-être un Bouddha : il en rira tout simplement.  Il pourra vous pardonner, ne pas réagir. Vous ne pouvez pas le blesser s’il n’est pas disposé à réagir. Si vous ne parvenez pas à le perturber, que pouvez-vous faire ? Vous vous sentirez impuissant devant lui. L’autre n’est donc pas nécessairement blessé. Mais une chose est absolument certaine, c’est que si vous haïssez quelqu’un, vous devez d’abord blesser votre propre âme de bien des façons. Il vous faut être plein de poison pour pouvoir en déverser sur les autres. La haine n’est pas naturelle. L’Amour est un état de santé. La haine est un état maladif. Tout comme la maladie n’est pas naturelle. Cela n’arrive que lorsque vous perdez contact avec la nature, quand vous n’êtes plus en harmonie avec l’existence, quand vous n’êtes plus en harmonie avec votre être, avec votre cœur le plus intime. Alors vous êtes malade_ psychologiquement, spirituellement malade. La haine n’est qu’un symbole de maladie et l’amour, un symbole de santé, de totalité, de sainteté.

 

L’Amour devrait être une chose des plus naturelles, mais il ne l’est pas. Au contraire, il est devenu la chose la plus difficile_ une chose presque impossible. La haine est devenue facile. Vous y êtes entraîné, vous y êtes préparé. Etre un hindou c’est haïr les musulmans, les chrétiens, les juifs. Être un chrétien c’est haïr les autres religions. Être un nationaliste, c’est haïr les autres nations. Vous ne connaissez qu’une façon d’aimer, c’est de haïr les autres. Vous ne pouvez exprimer votre Amour pour votre pays qu’en haïssant les autres pays et vous ne pouvez exprimer votre Amour pour votre église qu’en haïssant les autres Églises. Vous êtes dans le pétrin. Ces soi-disant ne cessent de parler d’Amour et tout ce qu’elles font, c’est de créer de plus en plus de haine dans le Monde. Les chrétiens parlent de l’Amour et ils ont provoqué des guerres, des croisades. Les musulmans parlent de l’Amour, ils ont provoqué des Jihads, les guerres religieuses. Les hindous parlent de l’Amour, mais vous pouvez consulter leurs écritures : elles sont remplis de haine, elles haïssent les autres religions. Et nous acceptons toutes ces idioties ! Et nous acceptons cela sans aucune résistance, parce qu’on nous a conditionné à l’accepter, on nous a enseigné que les choses étaient ainsi. Alors vous ne cessez de renier votre propre nature. L’Amour a été empoisonné mais il n’est pas détruit. Le poison peut être rejeté, évacué de votre système_ vous pouvez vous nettoyer. Vous pouvez « vomir » tout ce que la société vous a imposé. Vous pouvez laisser tomber toutes vos croyances et tous vos conditionnements. Vous pouvez être libre. La société ne peut pas vous maintenir éternellement en esclavage si vous décidez d’être libre.

 

Il est temps de laisser tomber tous les vieux modèles et de commencer une nouvelle façon de vivre, une vie naturelle, non répressive ; une vie qui ne soit pas faite de renonciation, mais de réjouissances. La haine sera de moins en moins possible. La haine est le pôle opposé de l’amour, au sens où la maladie est l’opposé de la santé. Mais vous n’avez pas besoin de choisir la maladie. La maladie a quelques avantages que la santé ne peut pas avoir_ ne vous attachez pas à ces avantages. La haine a également quelques avantages que l’amour ne peut pas avoir. Vous devez être très attentif. La personne malade obtient la sympathie de tout le monde : personne ne la blesse. On fait attention à ce qu’on lui dit, elle est tellement malade ! Elle reste le centre d’attention de tout le monde, de la famille, des amis. Elle devient la personne centrale, elle devient importante. (…)

 

Quand vous haïssez, l’égo est comblé. L’égo ne peut exister que s’il hait, parce qu’en haïssant vous vous sentez supérieur ; en haïssant, vous trouvez une certaine identité. Dans l’amour, l’égo doit disparaître. Dans l’Amour, vous n’êtes plus séparé : l’Amour vous aide à vous « dissoudre ». C’est une rencontre, une fusion. Si vous êtes trop attaché à l’égo, alors la haine est facile et l’Amour, très difficile. Soyez alerte, attentif. La haine est l’ombre de l’égo. L’Amour demande du courage. Il demande un grand courage, parce qu’il demande le sacrifice de l’égo. Seuls ceux qui sont prêts à ne devenir personne sont capables d’aimer. Seuls ceux qui sont capables de devenir rien, totalement vides d’eux-mêmes, sont capables de recevoir le cadeau de l’Amour de l’au-delà. »

 

Osho « Le Courage »

Retrouvez ici mon Interview pour BTLV  :

Interview Complète
Yoga et méditation.mp3
Fichier Audio MP3 55.4 MB