La Vulnérabilité

     

 

" Pour créer une intention consciente, il faut d'abord identifier notre souffrance, notre vulnérabilité, c'est-à-dire les états dans lesquels nous avons le plus tendance à choisir mon centième programme et, ensuite, l'inclure dans la formulation de la passion. Notre contact avec les sens, notre contact avec l'intuition et notre connexion avec notre ADN se résume à savoir lire un inconfort, simplement installer un nouveau programme par le pied de l'attention.

 

Notre vulnérabilité se manifeste de diverses façons .

Voici une courte liste de quelques signes indiquant que nous sommes dans une zone de vulnérabilité :

 

– Se sentir à l'étroit dans le cadre où nous évoluant  ( un groupe de travail, une relation amoureuse, etc..) 

– Les  « il faut que », le sentiment du devoir 

– La comparaison, c'est-à-dire se sentir supérieur ou inférieur à ...

– Les " Que faire ? Quand le faire ? Où aller ? " , C'est-à-dire le doute intérieur 

– Les palpitations cardiaques, la respiration courte, les réactions physiologiques limitative 

– La rumination mentale, l'incapacité de lâcher-prise 

– Les " je ne suis pas correct " , " que je suis donc sot " , " je n'y arrive pas du tout ", soit le non- amour de soi 

– Certains malaises physiques ou émotifs qui nous ramène dans le passé ou nous propulsent vers l'avenir

– Toute réaction ou comportement déplacé, qui ne colle pas à la réalité présente et qui se reproduit de manière inconsciente  ( peur que les clients ne soient pas satisfaits, peur de ne pas paraître intelligent, peur de subir des reproches même quand on ne fait rien, peur de…) 

 

Les souffrances passées tout comme les joies passées vivent et cohabitent à l'intérieur de nous. Les deux ont leur place et ni les unes, ni les autres ne doivent être éclipsées . Ce qui doit finir ce n'est donc pas la souffrance, mais l'évitement ou le rejet de la souffrance.

 

Certains pensent qu'il faut guérir les anciennes programmations pour éviter d'être dans la souffrance, mais en réalité, l'accompagnement de la souffrance s'avère davantage bénéfique pour la totalité de notre être. Il s'agit de lui laisser son propre espace et de s'en servir pour faire de nouveaux choix. Ce que nous voulons faire disparaître, c'est le contrôle que cette vulnérabilité, ces souffrances du passé, exercent inconsciemment sur notre présent. En d'autres mots, nous voulons désamorcer les programmes par défaut et non faire disparaître la vulnérabilité et les souffrances qui les ont installées. 

 

Ce point est très important. Pour pouvoir réellement créer des intentions efficaces qui agiront sur l'ADN superflu, nous devons d'abord être en mesure de rester présent à notre partie vulnérable. De plus, ceci présuppose de l'accueillir et de rester présent dans notre corps plutôt que de l'éviter par des mécanismes de fuite. Nous avons tendance en période d'inconfort, à nous dissocier de notre corps. Ce mécanisme de fuite s'apprend dans l'enfance, car à cette période de notre vie nous ne sommes pas très solidement liés au corps et il est facile de "sortir de notre corps .

Cependant, une fois adulte, nous ne pouvons pas être présent à notre vulnérabilité si nous sommes dissociés de notre corps.

 

Passer du temps avec notre partie vulnérable, celle qui transporte avec elle tout un aspect d'impuissance, ne signifie pas que nous ne ferons que ça et rien d'autre, que notre réalité sera imprégnée d'une impuissance continuelle. Cela signifie que nous serons en contact avec tous les aspects de nous-mêmes et qu'il nous faudra intégrer la vision d'une intention centrale au centre de nous-mêmes. Si je ne suis pas en contact avec ma partie vulnérable, c'est elle qui commande par les programmations par défaut qu'elle m'impose. Si je suis en contact avec elle, c'est moi qui commande puisque je peux entamer un dialogue avec elle et définir en même temps une nouvelle réalité pour moi-même.

 

Par exemple, je peux ainsi dire à cette partie vulnérable de moi-même : « je vais passer du temps avec toi, je vais rester avec toi » et, parallèlement, « J'ai choisi de vivre dans la puissance même si j'ai une partie de moi qui souffre ». Le simple fait de formuler une intention qui inclut ma vulnérabilité ( même si j'ai une partie de moi qui souffre ) me donne le droit de faire autre chose que de subir mes programmations par défaut, de choisir de vivre dans ma puissance. En d'autres mots, j'utilise ma vulnérabilité pour créer et plutôt que de la laisser me limiter . Ce faisant, elle devient une richesse dans la vie.

 

Ce qui précède illustre bien le fait que notre "salut", notre véritable pouvoir, passe par l'acceptation de notre humanité et non par son rejet. Nous avons tendance à magnifiez notre côté spirituel et à nous dire "je suis beau que lorsque je suis dans mon aspect lumineux" . La vraie beauté, le vrai pouvoir vient de l'équilibre entre notre lumière et notre ombre, celle-ci étant notre côté plus fragile et vulnérable . " Kishori Aird

 

Retrouvez ici mon Interview pour BTLV  :

Interview Complète
Yoga et méditation.mp3
Fichier Audio MP3 55.4 MB