Ouverture des fondations telluriques à votre pleine réalité.

par Lulumineuse

Ouverture des fondations telluriques à votre pleine réalité.

 

Les humains de cette Terre, ceux qui en sont originaires, non les vagues intra et extra terrestre de volontaires; sont en répétition incessante de karma depuis plusieurs cycles d’évolution. La majorité d’entre eux n’a plus aucune conscience de son lien inhérent au tout, plongée dans une individualité illusoire fondée sur des séparations d’eux-mêmes. Beaucoup de facteurs sont en cause dans cette déviation qui comporte comme toute expérimentation un but évolutionnaire.

 

L’énergie qui vous compose et qui vous anime est une empreinte du grand esprit mère de Gaïa. Votre premier centre d’énergie est le socle de votre humanité, celui qui compose le “Je” par lequel la source s’exprime. Il est le premier maillon de votre ceinture d’ancrage, le lien au cœur de votre mère adoptive et des forces qui la composent.

 

Beaucoup des lumières venues aider sur Terre sont en perpétuel questionnement sur la raison et le but principal de leur venue. Leur connexion naturelle aux sphères de lumières et aux sphères célestes les coupent parfois de la réalité matérielle qui raisonne souvent comme une trame difficile à vivre, emprisonnante et décevante. Beaucoup ont du mal à appliquer dans la matière la lumière dont ils sont porteurs et générateurs car cette coupure avec leur mémoire supérieure ne leur laissent qu’un vague sentiment de nostalgie, d’abandon, une envie de rentrer bien qu’ils aient oubliés leurs origines en acceptant de passer par le voile de la conscience à la naissance.

 

Il ne vous est absolument rien demandé dans cette venue. Vous êtes venus Être et votre être n’a pas à se confronter au faire pour amener la lumière qu’il est venu délivrer. Vous n’êtes pas venu vous infiltrer dans ce monde pour le changer par vos actions mentales bien qu’elles soient animées d’une merveilleuse volonté. Vous êtes avant tout venus baigner de votre lumière les coins les plus assombris, les familles les plus enlisées dans leurs karmas répétitifs. Vous êtes venus apporter ce que vous êtes et ce que vous êtes transforme tout ce que vous touchez.

 

Beaucoup de vous, chères lumières volontaires avez développé le siège de votre Kundalini avec détachement dans les 7 premières années de votre incarnation actuelle et les années qui suivirent, dû au manque de lumière ressenti dès votre arrivée dans la matière. Beaucoup d’entre vous viennent de sphères très lumineuses, ne connaissant pas une telle densité !

 

Le bien-être est directement lié à cette fondation, comme un château de cartes. il est important que les premières cartes respectent une logique matérielle de disposition dans l’espace afin de former des points d’appui stables pour porter son sommet. Votre stabilité intérieure dépend directement de vos fondations telluriques et tout ce que vous exprimez du Tout en le transformant dans la matière se compose de cette énergie matérielle dont il est le passeur.

 

Ils me montrent tous les humains assis par terre en tailleur, le dos droit comme planté. Des racines s’étendent dans le sol fertile et se multiplient en abondance. Elles sont rouges et je peux y percevoir des codes très anciens remonter par ce réseau incroyable d’artères. Gaïa est en transmission de tous ses codes, elle aussi a beaucoup beaucoup d’ancien à transmuter, tellement que je la vois passer par nos racines communes pour filtrer en synergie ses énergies emprisonnées depuis parfois des éons, afin de les purifier et de les élever dans la conscience percée à jour. Je vois que la conscience de chaque lumière que vous êtes, agit comme un pansement des mémoires les plus lourdes. Elle me montre des foreuses, des pillages, des guerres de très grands êtres avec des bêtes géantes, elle me montre aussi un gros trou de collision, je suis envahie par son épilogue douloureux et profondément émue par sa force de compassion illimité qu’elle puise dans la sagesse de la divine mère éternelle.

 

Je comprend ce que cet épilogue ouvre en moi. J’ai envie, j’ai profondément envie d’ouvrir ce chakra pour la soutenir du mieux que je peux. Je n’ai pas envie de la piétiner en pensant égoïstement alors qu’elle a tant besoin de moi, temps besoin de nous. Qui sommes nous pour nous sentir orphelins quand une mère qui nous adopte avec un amour éternel n’est pas reconnue par ses propres enfants ?

 

J’ai envie d’incarner une enfant adoptive épanouie et reconnaissante de cette énergie d’emprunt qu’elle fait couler en moi sans compter, sans limite aucune. Elle nous donne tout ce qu’elle est et nous laisse jouer avec pour nous permettre d’apprendre, de comprendre et de l’utiliser. Quel courage de léguer à de si jeunes enfants ces énergies si précieuses et pourtant elle se livre totalement et délibérément, dans un mère-veilleux but d’évolution. Elle donne sans compter à des êtres qui comptent tout. Elle me dit qu’elle est comme nous, une coquille vide rempli du tout, qu’elle veille à se libérer de tout ce qui rempli le vide qui contient le tout qu’elle reconnaît comme ses parents éternels, la divinité qui l’a manifesté. Quelle reconnaissance ! Oui, oui vraiment je suis fière de m’ouvrir à elle, à sa matière et de nous libérer de ce voile qui filtre notre considération. Maintenant j’ai l’impression que dire que « c’est dur ici » c’est comme la laisser tomber, je ne peux pas faire ça. Je ne veux pas la laisser tomber car elle ne l’a jamais fait, elle ne le fera jamais et elle ne dira jamais qu’elle a besoin de nous même à l’agonie. Je suis si humble devant une telle humilité. J’ai envie de lui accorder tous les jours ce qu’elle m’accorde sans se manifester. Juste par ce qu’elle est.

 

Je comprends qu’elle incarne la leçon qu’elle nous livre chaque jour jusqu’à ce que nos yeux puissent la percevoir, révélée par la conscience retrouvée.

 

Elle nous montre ce que c’est d’être, juste être. Juste vivre ce qu’on est.

 

Quelle sagesse, rien ne me semble plus simple à présent que d’incarner le modèle de ma mère tout en faisant partie de la grande famille universelle.

 

Je vis non ce que je veux, mais ce que je suis.

 

Je suis ce que Je Suis et tout ce qui me défini s’oppose à ce que je suis.

 

Tout ce que je défini et qui me défini prélève dans le fini, le divise, le sépare, l’oppose.

“dé” en latin signifie “prélever quelque chose ; l’opposé” (source : wiki)

Je suis ce que Je Suis et tout ce que Je manifeste est le prolongement de ce que Je Suis.

 

 

Lulumineuse qui vous @ime et qui remercie chacune des lumières pour leur formidable participation à l’illumination des racines de l’arbre de votre vie. Au TOP ! ^^

Source: http://www.lulumineuse.com/

Écrire commentaire

Commentaires : 0

ATELIER YOGA TIBÉTAIN du RÊVE ET DU SOMMEIL : TOUTES LES INFOS 

Retrouvez ici mon Interview pour BTLV  :

Interview Complète
Yoga et méditation.mp3
Fichier Audio MP3 55.4 MB